Laboratoire des Écoulements Géophysiques et Industriels

Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher





Accueil > Actualités > Doctorats > Doctorats 2012

Vendredi 14 décembre 2012, soutenance de thèse de Clélia DESNOUS - 10h30, Amphithéâtre CRAYA, site Bergès

Etude expérimentale de la dépressurisation rapide du C6F14 et caractéristiques du brouillard formé

Membres du jury

- Mme Catherine Colin (rapporteur)
- M Fabrice Lemoine (rapporteur)
- Mme Henda Djeridi (président)
- M Alain Cartellier (directeur de thèse)
- M Jean-Philippe Matas (co-directeur de thèse)
- M Pierre Boivin (examinateur)
- M Richard Saurel (examinateur)
- Mme Marie Théron (examinateur)

Résumé

La vaporisation explosive (flashing) par dépressurisation rapide du C6F14 au travers d’une vanne à boisseau sphérique débouchant dans une large enceinte est analysée expérimentalement sur une grande plage de surchauffes. Les visualisations rapides montrent un jet s’ouvrant très largement en aval, preuve de l’existence d’un fort gradient de pression. Diverses mesures de fraction de débit vaporisée globale indiquent que le champ de pression dans la vapeur s’adapte aux conditions aval et modifie localement la surchauffe vue par le fluide. Il en résulte une fraction vaporisée constante, dont la plus forte proportion provient du nuage de gouttes. Des mesures locales par sonde optique et par vélocimétrie phase Doppler ont permis de caractériser tailles, vitesses, concentration et flux numérique de ces gouttes en fonction de la surchauffe. Différents scenarii sont discutés pour expliquer les observations, dont le fait que les tailles des gouttes sont peu sensibles à la surchauffe. Le scenario basé sur l’existence d’un front d’ébullition est le plus probable.

- Mots-clés : vaporisation explosive, front d’ébullition, déséquilibre thermodynamique, jet dans le vide, Anémométrie Phase Doppler, sonde optique à détection de phase