Laboratoire des Écoulements Géophysiques et Industriels

Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher





Accueil > Actualités > Événements > Événements 2012

Les océanographes changent de navire

MEOM (Modélisation des Ecoulements Océaniques Multi-échelle), une équipe de recherche du LEGI en océanographie, forte d’environ 25 chercheurs, ingénieurs, doctorants et administratifs, va rejoindre le laboratoire LGGE à partir du 1 janvier 2013 (Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l’Environnement).

Les activités de l’équipe MEOM portent sur l’étude de la dynamique océanique, sur les interactions entre océan, glace et atmosphère, sur la variabilité du système océanique dans le contexte du changement climatique actuel, et sur la prévision des circulations océaniques et de la biogéochimie marine.

Les interfaces entre les milieux océanique, atmosphérique et la glace de mer ou continentale, sont de plus en plus au cœur des questionnements scientifiques actuels en géophysique de l’environnement. Ainsi, nos connaissances encore insuffisantes des interactions entre les calottes de glace et l’océan, au niveau des plateformes glaciaires et des langues flottantes des glaciers émissaires, sont une source majeure d’incertitudes quant à l’évolution future du niveau des mers. En Arctique, c’est également au niveau des interfaces entre l’océan, la glace de mer et l’atmosphère que se situent les processus critiques menant à l’amplification polaire du changement climatique. L’équipe MEOM partage avec plusieurs équipes du LGGE une approche multi-échelles mise en œuvre dans le contexte de chantiers régionaux (par exemple l’Antarctique, l’Atlantique Nord ou les régions Alpines). Ces convergences scientifiques ont donné lieu, ces dernières années, à plusieurs collaborations scientifiques entre l’équipe MEOM et le LGGE, s’appuyant sur des méthodologies complémentaires et concrétisées par des projets et thèses communes.

Cependant, bien que l’équipe MEOM bascule vers le LGGE, elle reste actuellement dans nos locaux du site Bergès sur le campus de Grenoble et les nombreux liens et collaborations avec les autres équipes du LEGI, distant de seulement quelques mètres, perdurons. C’est donc une nouvelle impulsion qui sera, nous l’espérons tous, bénéfique pour la recherche sur le climat.

Le LEGI souhaite bon vent aux chercheurs de l’équipe MEOM dans leur nouvel environnement.