Laboratoire des Écoulements Géophysiques et Industriels

Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher





Accueil > Équipes > Equipe MEIGE : Modélisation, Expériences et Instrumentation pour la Géophysique et l’Environnement > Diffusion scientifique > Dernières thèses soutenues

Dynamique de la Couche Limite Atmosphérique Stable en relief complexe. Application aux épisodes de pollution particulaire des vallées alpines.

Yann Largeron, Vendredi 26 novembre 2010.

L’étude se concentre sur l’analyse de la dynamique de la Couche Limite Atmosphérique stable et
hivernale en vallée, notamment dans des situations conduisant à des épisodes de pollution particulaire.
L’analyse est effectuée à partir de simulations numériques de type LES et de mesures
locales.
Dans une première partie, on étudie les vents catabatiques prenant naissance sur les pentes des
vallées encaissées. On montre qu’ils sont instationnaires, inhomogènes et turbulents, que leur diffusivit
é turbulente évolue quadratiquement avec le nombre de Froude et décroît avec la stratification
ambiante. On s’intéresse ensuite au champ d’ondes internes généré par ces vents. On trouve que sa
fréquence ne dépend que de la stratification et est indépendante des caractéristiques des vents qui
lui donnent naissance.
Dans une seconde partie, on s’intéresse au système de vents de vallées et aux inversions thermiques
dans les vallées Grenobloises.Les conditions météorologiques conduisant aux épisodes de pollution
sont étudiées et leur lien avec les mécanismes précédents est explicité. On montre que ces épisodes
se déroulent toujours dans un contexte anticyclonique, sont induits par la présence d’une inversion
et que leur évolution est liée à celle des régimes de temps. Pendant ces épisodes, le système de vents
local est toujours similaire, indépendant du régime synoptique et constitué de vents thermiques,
dont l’organisation spatiale est gouvernée par la géométrie du site. Ces courants sont contenus dans
la couche d’inversion qui persiste pendant toute la durée de l’épisode et n’est pas détruite si l’énergie
solaire est insuffisante. Le seuil énergétique correspondant est mis en évidence.