LEGI - UMR 5519
Laboratoire des Ecoulements Géophysiques et Industriels


Partenaires

CNRS
Université de Grenoble


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Actualités > Archives 2010 > Le projet Coriolis II

Le projet Coriolis II

Contexte : l’aménagement de la rue des Martyrs

Depuis décembre 2007, nous savons que la plate forme tournante Coriolis actuelle est vouée à la démolition afin de permettre l’aménagement futur de la rue des Martyrs qui s’appuie sur 2 grands projets : le prolongement de la ligne B du tramway et le programme GIANT.

Depuis, le LEGI travaille à la reconstruction de cette machine unique au monde et nous venons d’embaucher Jérôme Lacipière, ingénieur en construction mécanique dédié à cette étude.

Projet Coriolis II

Pourquoi reconstruire ?

Après 50 ans de bons et loyaux services (25ans de recherche appliquée puis 25 ans de recherche fondamentale), cet équipement doit être reconstruit pour plusieurs raisons :

- c’est la plus grande plate forme tournante au monde, elle est donc unique.
- la communauté scientifique, l’Europe en particulier, réclame ses services.
- cette machine trouve sa place dans les problèmes sociétaux liés à l’environnement.
- c’est un merveilleux outil de formation aux problèmes scientifiques à l’échelle humaine.

La reconstruction est également une opportunité exceptionnelle pour rénover et améliorer les éléments mécaniques de l’instrument qui ont rendu leurs services pendant bientôt 50 ans sans discontinuité.

Comment reconstruire ?

Pour que ce projet ait une chance d’aboutir il fallait en premier lieu que son coût reste dans les limites du raisonnable. Pour ce faire nous avons fait plusieurs choix délibérés :

- conserver les dimensions principales. En changer ne présentait aucun intérêt évident.
- conserver les grands principes mécaniques qui ont donné de bons résultats pendant 50 ans.
- utiliser le retour d’expériences pour conserver le bon et éliminer le mauvais.
- réutiliser le maximum d’équipements existants même si cela est resté très limité.

Dans ces conditions la reconstruction peut s’envisager avec des délais courts, un coût total (bâtiment + mécanique) contenu, et des risques quasi nuls.

Quelles seront les améliorations ?

On peut considérer cette reconstruction comme une opportunité et en profiter pour construire une machine plus performante et plus en phase avec les préoccupations actuelles. On peut déjà noter certaines dispositions dont la liste n’est pas exhaustive :

- la partie mise en rotation (galets, rail, pivot central, régulation) a été revue et corrigée.
- la partie expérimentale (structure portante et cuve expérimentale) sera beaucoup plus fonctionnelle.
- le portique d’instrumentation sera réutilisé avec possibilité de mise en rotation indépendante de celle de la machine.
- l’ensemble tournant sera isolé de l’air extérieur afin d’éliminer l’entraînement de l’eau contenue dans la cuve.
- les performances dynamiques de l’ensemble seront revues à la hausse : période maximale de rotation descendue à 10s, possibilité de rotation dans les deux sens et d’oscillations autour de 0.
- il sera possible de rajouter certains équipements aux géométries inhabituelles tels qu’une cuve de grande hauteur, un canal annulaire,….
- les problèmes de sécurité surtout liés à la rotation ont été complètement repensés.

Où et quand ?

Il est prévu que CORIOLIS II soit installé dans un bâtiment neuf sur le campus de Saint-Martin d’Hères près du bâtiment G du LEGI. Les dernières prévisions font état d’un démarrage de la construction du bâtiment en mars 2011 sous la maîtrise d’ouvrage de Grenoble-INP. La partie expérimentale pourrait alors commencer en septembre 2011 et se terminer en juin 2012.

Schéma de principe

Schéma de principe

En savoir plus sur le projet GIANT

- Article dans l’express du 15 mai 2008.

- Article dans le dauphiné du 10 juin 2008.