Laboratoire des Écoulements Géophysiques et Industriels

Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher





Accueil > Actualités > Doctorats > Doctorats 2017

Vendredi 27 octobre 2017, soutenance de thèse de Lucas Seguinot - 10h30, Amphithéâtre K118, LEGI, site Bergès

Étude et développement d’une stratégie d’analyse des performances de dégazeur de turbines d’helicoptères

Résumé

Les exploitant aériens cherchent à réduire toujours davantage le coût d’utilisation et d’opération de maintenance des hélicoptères ainsi qu’à limiter leur impact environnemental. Par conséquent, les motoristes tels que Safran Helicopter Engines doivent constamment améliorer les performances de leurs moteurs. Cette amélioration passe notamment par la réduction des consommations de carburants et d’huile de lubrification. La consommation d’huile est liée en grande partie à la formation d’un brouillard diphasique air-huile au sein des paliers de roulements des arbres du moteur. L’air est continûment évacué en transportant des inclusions d’huile vers l’extérieur. Pour limiter ces rejets d’huile, un séparateur en rotation est utilisé pour récupérer l’huile et évacuer l’air. Afin de prédire avec davantage de précision la consommation d’huile et les pertes de charges induites par le séparateur, la présente thèse développe une stratégie d’analyse des écoulements diphasiques au sein des séparateurs. Cette stratégie s’appuie en premier lieu sur des simulations numériques du brouillard d’huile basées sur une approche Euler-Lagrange. Ces simulations permettent d’une part d’analyser l’écoulement d’air et les pertes de charges du séparateur et d’autre part d’appréhender les mécanismes de la séparation de l’huile et d’analyser la consommation en fonction des conditions de fonctionnement. Parallèlement, grâce au financement du projet européen E-Break, un banc d’essais dégazeur a été conçu dans le cadre de cette thèse et réalisé à l’Université Libre de Bruxelles. Des analyses croisées entre essais et simulations permettent de valider la méthodologie de simulation. Cependant, si les pertes de charges sont correctement prédites par le calcul, des efforts supplémentaires sont nécessaires, aussi bien sur la précision des mesures que sur la modélisation de l’écoulement diphasique, pour assurer une prédiction satisfaisante de la consommation d’huile.