Laboratoire des Écoulements Géophysiques et Industriels

Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher





Accueil > Actualités > Événements > Événements 2015

Médaille de cristal du CNRS attribuée en 2015 à Samuel Viboud, IE au LEGI

<portrait49|right>

Samuel Viboud, ingénieur d’étude au LEGI, est lauréat de la médaille de cristal 2015 du CNRS pour son rôle incommensurable lors de la construction de la nouvelle plate-forme Coriolis. Celle-ci supporte une cuve de 13 mètres de diamètre pouvant contenir 130 m3 d’eau, pour l’étude d’écoulements soumis à la force de Coriolis et à la stratification en densité, en similitude avec des processus atmosphériques ou océaniques. La rigueur et la détermination de Samuel Viboud ont permis de réaliser ce projet complexe selon le budget prévu et dans un planning serré, en coordination avec la construction du bâtiment l’abritant. C’est lui qui a accompagné de bout en bout les différentes entreprises contractantes en termes d’organisation, mais aussi sur de nombreuses questions techniques. Comme la plupart de ces entreprises n’avaient pas une grande expérience face à ce type d’instrument il a dû affronter, pratiquement seul, la plupart des problèmes de dernières minutes qui étaient, bien évidemment, à la taille de l’installation.

©CNRSPhotohèque/LEGI/CyrilFRESILLON
©CNRSPhotohèque/LEGI/CyrilFRESILLON

Plusieurs projets scientifiques récemment proposés montrent l’intérêt que suscite déjà cette nouvelle installation, dont l’ERC Watu sur la turbulence d’ondes (responsable N. Mordant), le contrat Européen EuHIT de grandes infrastructures en turbulence, et un projet ANR en cours d’examen sur les sillages d’hydroliennes.

Samuel Viboud avait été recruté au LEGI en 2001 pour prendre en charge l’instrumentation de l’ancienne plate-forme tournante ‘Coriolis’ du LEGI, située Avenue des Martyrs. Il a ainsi joué un rôle clé dans les projets scientifiques et dans l’évolution générale de cette infrastructure. Sa première mission a été d’y introduire les techniques de pilotage informatique et d’imagerie numérique, conduisant notamment à un prototype unique d’imagerie en volume par balayage de tranche laser. Sous la supervision initiale d’Henri Didelle, IR0 CNRS, puis avec de plus en plus d’autonomie, il a étendu son expertise et devenu le pilier du soutien technique et de la formation des équipes scientifiques travaillant sur l’installation.

©LEGI/GabrielMOREAU
©LEGI/GabrielMOREAU

Samuel Viboud est un ingénieur très précieux pour le LEGI car il a d’abord de multiples compétences allant de la mécanique, à l’informatique, à la thermique, à l’instrumentation... C’est aussi quelqu’un qui a le souci d’apprendre et de transmettre son savoir. Il a en plus une énorme qualité : il est tout autant motivé pour « mettre de l’huile sur les rouages » que de piloter une machine de 300 tonnes, assis derrière un clavier.