Laboratoire des Écoulements Géophysiques et Industriels

Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher





Accueil > Actualités > Doctorats > Doctorats 2015

Jeudi 29 janvier 2015, soutenance de thèse de Laurent KRUMENACKER - 13h30, Amphithéâtre CRAYA, site Bergès ENSE3

Fiabilité et évaluation des incertitudes pour la simulation numérique de la turbulence : application aux machines hydrauliques

Jury

- M. Reboud Jean-Luc, Professeur de l’université de Grenoble Alpes, G2Elab, Examinateur
- M. Coutier-Delgosha Olivier, Professeur des universités, ENSAM, Lille, Rapporteur
- M. Khelladi Sofiane, Maître de conférences, Arts et métiers Paris Tech, Rapporteur
- M. Couzinet Anthony, CETIM, Nantes, Examinateur
- Mme. Fortes-Patella Régiane, Professeur de l’université de Grenoble Alpes, LEGI, Directrice de thèse
- M. Archer Antoine, EDF R&D, Chatou, Co-Encadrant de thèse

Résumé

Lors du fonctionnement d’une installation hydraulique, l’apparition de zone de cavitation dans l’écoulement peut entraîner un endommagement important sur la surface des matériaux. La quantification de l’intensité de cavitation sur les composants hydrauliques serait utile à la fois pour mieux concevoir les nouveaux équipements en projet, mais aussi pour améliorer la conduite et optimiser la maintenance des matériels existants. Au vu du grand nombre de paramètres régissant les écoulements cavitants, l’élaboration de lois de similitudes universelles à partir d’expériences est délicate. Avec l’augmentation des moyens de calculs, la simulation numérique est un outil pour étudier ce phénomène sur des géométries variées.

La principale difficulté de cette démarche réside dans la différence d’échelles existant entre les simulations numériques U-RANS servant à simuler l’écoulement cavitant et les mécanismes d’implosion de bulles jugés responsables de l’endommagement sur le solide. La méthode proposée dans cette thèse s’appuie sur un post-traitement des simulations U-RANS afin de caractériser une distribution de bulles et de simuler leurs comportements à de plus petites échelles spatiales et temporelles.

Mots-clés

Érosion de cavitation, simulations numériques, dynamique de bulles