Laboratoire des Écoulements Géophysiques et Industriels

Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher





Accueil > Actualités > Doctorats > Doctorats 2015

Vendredi 9 janvier 2015, soutenance de thèse de Rémi DINSENMEYER - 14h00, Salle 221, Maison Minatec, 3 Parvis Louis Néel

Étude des écoulements avec changement de phase : application à l’évaporation directe dans les centrales solaires à concentration

Membres du jury

- Philippe Marty (LEGI) - Directeur de thèse
- Thierry Biben - Examinateur
- Marc Medale - Rapporteur
- Marc Miscevic - Rapporteur
- Jean-François Fourmigué - Co-encadrant de thèse
- Nadia Caney (LEGI) - Co-encadrant de thèse

Résumé

Les travaux présentés dans cette thèse concernent l’étude de l’évolution des régimes d’écoulements diphasiques lors de l’évaporation progressive dans un canal horizontal. Le but est de mieux comprendre l’écoulement à l’intérieur d’un tube récepteur d’une centrale solaire à concentration à génération directe de vapeur. Cette technologie, présentée comme une amélioration des systèmes actuels pouvant permettre une réduction des coûts, consiste en la production de vapeur directement sous l’effet du rayonnement solaire concentré. La prévision de l’écoulement liquide-vapeur alors généré dans le tube est encore de nos jours difficile, c’est pourquoi le recours à la simulation numérique est intéressant. Pour cela un modèle a été développé permettant la simulation de ces écoulements, depuis le début de la création de la vapeur jusqu’à l’existence de larges poches. Basé sur le modèle diphasique VOF du code Fluent, par l’ajout de fonctions personnalisées et d’une phase dispersée supplémentaire, il permet de modéliser différents phénomènes liés au processus d’évaporation : création en paroi, transport, recondensation et création de larges structures. Ce développement a été mis en oeuvre pour simuler des écoulements en évaporation, permettant de reproduire l’évolution des régimes d’écoulement. La validation est faite grâce à une étude expérimentale de la littérature, en comparant les régimes d’écoulements obtenus pour différents débits de liquide et sous l’effet de différents flux de chaleur. Enfin, le modèle a été appliqué à la simulation de la génération de vapeur dans le tube récepteur d’une centrale solaire, mettant en évidence l’apparition et l’évolution des différents régimes d’écoulement. Au vu du peu d’installations expérimentales trouvées dans la littérature sur le sujet, et afin de valider au mieux les fonctions développées, une installation expérimentale a été conçue et dimensionnée.